Newsroom

Tendance 2016:hausse du nombre de missions pour les expats

  • 2 décembre 2015
  • Belgique, Bruxelles
  • Davantage de femmes expats
  • La majorité des missions sont attendues aux USA, en Chine, au Royaume-Uni, à Singapour et au Brésil
  • La combinaison travail-vie privée est le principal obstacle de la vie d'expat

Plus de la moitié (56 %) des multinationales prévoient pour 2016 une augmentation des missions à court terme pour les expats. C’est ce que révèle la « Worldwide Survey of International Assignment Policies and Practices » de Mercer, une étude sur la mobilité menée auprès de 831 multinationales employant au total quelque 29 millions de collaborateurs.
 
Les multinationales s’attendent en outre à une augmentation des déplacements permanents (54 %), des missions de développement et de formation (50 %) et de l’engagement local d’étrangers (47 %). « Les multinationales recourent de plus en plus souvent aux missions à court terme pour les expats », explique Ellen van Arenthals, Expat Consultant chez Mercer. « Cela leur permet de réagir de manière flexible aux conditions de marché changeantes et de contourner les principaux obstacles : emmener la famille ou le partenaire, et les coûts d’un déménagement qui y sont liés. »
 
Ainsi, 35 % des répondants affirment que les conditions familiales et la carrière du partenaire (« dual career ») constituent un (très) gros obstacle à la mobilité internationale. Ellen van Arenthals indique que les missions courtes entraînent cependant des défis en matière de conformité : « Il est important que les entreprises suivent scrupuleusement ces collaborateurs en ce qui concerne les impôts, la sécurité sociale et l’immigration. Dans le cas contraire, cela peut avoir de lourdes conséquences juridiques et financières pour les deux parties. »  

Un peu plus de femmes expats

La proportion de femmes expats a légèrement augmenté dans le monde, avec une participation moyenne de 15 % par rapport à 12 % en 2013 et 9 % en 2010. Les missions à long terme concernent surtout les 36-55 ans (66 %), tandis que les moins de 35 ans s’acquittent plus souvent de missions courtes (48 % en 2015, contre 45 % en 2013). Avec une proportion moyenne de 10 % et 7 % dans les missions respectivement longues et courtes, la catégorie d’âge des 55+ est sous-représentée dans la mobilité internationale.

Besoin accru de fonctions stratégiques

L’étude révèle que 57 % des entreprises s’attendent à une hausse du nombre de missions importantes ou stratégiques. 51 % envisagent plus de places pour les jeunes travailleurs et 41 % s’attendent à une augmentation des missions dans des pays lointains. La plupart des missions devraient concerner les États-Unis, la Chine, le Royaume-Uni, Singapour et le Brésil.  
 
Dans le monde, 85 % des entreprises disposent d’une politique pour les missions internationales (contre 81 % en 2012). Le rapport révèle également une hausse marquée du nombre d’entreprises qui ont une politique multiple (64 %, contre 57 % auparavant). Il s’agit d’une conséquence de la tendance à une variation accrue dans les missions. « Il est peu probable qu’une seule politique convienne à tout le monde, et il résulte de cette approche limitée que les collaborateurs sont souvent rémunérés injustement. L’introduction d’une politique ad hoc, qui convient pour différents types de collaborateurs et de missions, peut être une initiative très efficace et moins onéreuse pour la plupart des fonctions de mobilité internationale », conclut Ellen van Arenthals.

Top cinq des principales raisons pour les missions internationales :

  1. Manque de compétences techniques spécifiques sur place (47 %)
  2. Stimuler le transfert des connaissances (43 %)
  3. Apporter des aptitudes managériales spécifiques (41 %)
  4. Faciliter la gestion de carrière et le développement du leadership (41 %)
  5. Répondre à des besoins spécifiques de projets (40 %)

 

À propos de Mercer

Mercer est l’un des leaders fournisseurs mondiaux en matière de conseil en talents, santé, pensions et investissements. Les consultants de Mercer aident leurs clients à résoudre leurs problèmes les plus complexes en matière de conditions de travail et de capital humain par le développement et la gestion de programmes de santé, de retraite et d’avantages extralégaux. Mercer emploie 20.000 collaborateurs et est présent dans plus de 40 pays. Mercer est une filiale à part entière de Marsh & McLennan Companies Inc.(NYSE : MMC). Marsh & McLennan Companies occupe 57.000 collaborateurs dans le monde et un chiffre d’affaires de plus de 13 milliards de dollars et est également la maison-mère de Marsh, un leader en assurance et gestion du risque, de Guy Carpenter, leader en gestion du risque et services de réassurance interpersonnelle et d’Oliver Wyman, un leader en consultance. Suivez nous sur Twitter @mercerbelgium

CONTACT INFORMATION