Newsroom

Plus l’échelon dans l’entreprise est élevé,plus les femmes se font rares

  • 14 décembre 2015
  • Belgique, Bruxelles

Les entreprises doivent livrer des efforts supplémentaires pour encourager l’égalité des sexes

Bien que le nombre de travailleurs féminins ait augmenté dans les postes de haut niveau au cours des dernières années, la représentation féminine risque de stagner pour les différents niveaux de fonction chez les plus grands employeurs d’Europe au cours des prochaines années. C’est ce que révèle une étude mondiale de Mercer, When Women Thrive, à propos de la représentation, de la rétention et des opportunités de promotion des femmes dans les entreprises et organisations.

Statu quo dans l’égalité des sexes pour la prochaine décennie

Selon l’étude, les femmes représenteront, d’ici 10 ans, 37% de l’effectif dans les fonctions de cadre et de senior management, soit exactement le même chiffre qu’en 2015. En guise de comparaison, la proportion de femmes dans des fonctions de haut niveau passera de 21% en 2015 à 33% en 2025, tout au moins si les organisations parviennent à maintenir la situation actuelle. Le fait que la représentation féminine soit aussi importante vient entre autres du fait que les entreprises se sont explicitement attelées à engager des femmes à des fonctions de haut niveau.

«Dans certaines régions d’Europe, les mesures sur les quotas ont sérieusement stimulé la représentation féminine dans les fonctions de management et de haut niveau», explique Goedele Van der Linden, Director of Government Relations for Europe chez Mercer. «Mais toute médaille a son revers: les entreprises se concentrent beaucoup sur l’engagement de femmes à des postes de haut niveau, mais elles ne semblent pas en mesure de les garder. Et c’est bien sûr néfaste pour les progrès enregistrés par ces entreprises en termes d’égalité des sexes. À moins qu’elles agissent maintenant.»

«L’afflux de femmes sur le marché du travail doit augmenter»

Toujours selon le rapport, il est possible qu’à mesure que la population active européenne continue à vieillir, de plus en plus de femmes quittent le marché du travail, entre autres pour s’occuper de la population vieillissante. « Il s’agit d’un véritable coup de semonce », poursuit Goedele Van der Linden. « Les entreprises doivent non seulement veiller à ce que suffisamment de femmes atteignent les postes les plus élevés, mais aussi à un afflux suffisant de femmes. C’est la condition sine qua non pour garantir que tous leurs efforts positifs en termes de représentation féminine au travail ne soient pas réduits à néant. »

Une stagnation similaire se dessine également aux USA et au Canada. À l’heure actuelle, 39% des fonctions à partir du niveau de cadre et au-delà sont occupées par des femmes. Selon les pronostics du rapport, cette proportion n’augmentera que de 1% d’ici 2025. À moins que les organisations prennent des mesures pour gommer les différences entre hommes et femmes en ce qui concerne le recrutement, la promotion et la rétention. Pour les fonctions de haut niveau, le pronostic est un peu meilleur: la proportion de femmes devrait passer de 22% en 2015 à 36% en 2025. C’est surtout dû à la plus grande égalité entre hommes et femmes en ce qui concerne la promotion pour les fonctions de haut niveau.

Goedele Van der Linden: «À première vue, l’Europe et les USA semblent enregistrer une belle progression. Mais il y a quand même des points moins réjouissants : d’une part les entreprises se concentrent trop peu sur l’afflux d’un nombre suffisant de femmes, et d’autre part l’encadrement et la culture d’entreprise adéquats sont absents. Il s’agit pourtant d’éléments cruciaux pour une politique de diversité couronnée de succès.»

Diversité et égalité des sexes : une priorité pour les CEO…

L’un des facteurs de réussite d’une politique de diversité couronnée de succès réside dans l’engagement et l’implication du management, ciblés sur la diversité et les programmes de développement spécifiques pour les femmes. Il ressort du rapport que, dans les entreprises européennes, 57% des personnes interrogées au niveau du senior management et 37 % de tous les répondants de sexe masculin indiquent se préoccuper de la diversité et agir en ce sens.

«Si tout CEO faisait de la diversité l’une de ses priorités, cela profiterait non seulement à la croissance de l’entreprise, mais aussi à l’économie, à la communauté et aux familles», conclut Goedele Van der Linden.

À propos de Mercer

Mercer est l’un des leaders fournisseurs mondiaux en matière de conseil en talents, santé, pensions et investissements. Les consultants de Mercer aident leurs clients à résoudre leurs problèmes les plus complexes en matière de conditions de travail et de capital humain par le développement et la gestion de programmes de santé, de retraite et d’avantages extralégaux. Mercer emploie 20.000 collaborateurs et est présent dans plus de 40 pays. Mercer est une filiale à part entière de Marsh & McLennan Companies Inc.(NYSE : MMC). Marsh & McLennan Companies occupe 57.000 collaborateurs dans le monde et un chiffre d’affaires de plus de 13 milliards de dollars et est également la maison-mère de Marsh, un leader en assurance et gestion du risque, de Guy Carpenter, leader en gestion du risque et services de réassurance interpersonnelle et d’Oliver Wyman, un leader en consultance. Suivez nous sur Twitter @mercerbelgium.

CONTACT INFORMATION